• Passivité latente

     

    Parce que nous acquiesçons à la violence à force de silence ou à trop faire de bruit même pour dire non, nous avons laissé s'entre filer la nuit qui obstrue les non. Trop de quiétude à cibler l'Autre du doigt, nous avons laissé les guerres s'installer dans nos propres espaces de vie. Qu'avons nous fait de notre conscience aigue ? Où sont nos regards innocents et clairs qui pointaient vers les nuages ou les anges sans peur pour leur terrestre destin ?

    Avenir méprisable de crottes avortées à la condition de courber le dos sous l'adversité, nous laissons notre passivité à l'histoire. L'histoire qui écrase les peuples mais installe les puissants sur des trônes dorés à l'or fin et aux pierres si précieuses et riches qu'elles sont ornées de flamboyants Liberté Egalité Fraternité inscrits sur leur boite aux lettres pour leur donner bonne conscience.

    Dis moi, est-il fatal que tu restes là passif et inerte ? La loi des puissants nous a rendu si veules que nous nous sommes mis à croire à notre impuissance face à eux. Un mal qui nous mène sournoisement au néant. Nous fermons les yeux devant l'issue de leur diabolique jeu.

    Sommes nous destinés à se fier encore et encore aux assassins et aux menteurs qui nous empêchent de vivre ce destin que nous devions construire avec la vivacité limpide des quêteurs de vie ?

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Juillet 2009 à 10:12
    Passivité latente
    Très beau texte à l'intonation dramatique qui me fait songer à l'écriture de Calaferte, selon moi un des plus grands écrivains français du 20ème siècle. J'aimerais beaucoup savoir ce qui vous a motivé à écrire sur ce thème. Est-ce simplement une impression générale ou bien avez-vous été inspirée par des faits précis ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :